De la manche à
l'Atlantique par les canaux

Vallée de la Vilaine © Clo Clem
Vallée de la Vilaine© Clo Clem

Pays de rivières, la Haute Bretagne se traverse du nord au sud via la liaison Manche-Océan. Entre Saint-Malo et Dinard sur la Côte d’Emeraude, l’usine marémotrice de la Rance marque le point de départ de cette route maritime vers l’Atlantique. Ici, se mêlent eaux douce et salée pour inventer un univers où se succèdent criques boisées et amples baies. Nous sommes dans la Vallée de La Rance.  De part et d’autre de la rivière, le patrimoine bâti présente des haltes passionnantes : La Landriais et sa cale sèche, Saint-Suliac classé parmi les plus Beaux Villages de France, la malouinière du Montmarin à Pleurtuit, les moulins à marées…. A Saint-Samson-sur-Rance dans les Côtes d’Armor, on retrouve le canal d’Ille-et-Rance.  Long de 85 km, il a été ouvert à la navigation en 1837. Il rejoint Rennes en passant par 48 écluses. Au XIXè et au début du XXè siècle, sa vocation est essentiellement marchande. Aujourd’hui, le tourisme fluvial a remplacé le commerce. Le Canal d’Ille-et-Rance est un véritable paradis pour les plaisanciers ou les randonneurs qui empruntent le chemin de halage.

Hédé © Yannick Le Gal
Hédé© Yannick Le Gal

Hédé-Bazouges - L’exceptionnel site des Onze écluses

Superbe et spectaculaire, en toute saison, avec sa succession de 11 écluses, le site est un des hauts-lieux du tourisme du département. A Hédé/Bazouges, où il franchit le bief de partage, le canal est entièrement artificiel. 11 écluses, qui rappellent les marches d'un escalier, ont été construites pour franchir un dénivelé spectaculaire : 27 mètres sur une distance d'un peu plus de 2 kms. Chacune possède sa maison éclusière au style napoléonien. L’une d’elles abrite la Maison de la Pêche et de la Nature d’Ille-et-Vilaine. À proximité, la Maison du canal d’Ille-et-Rance retrace l’histoire du canal, de sa construction à nos jours.

Le long de la Vilaine...

A Rennes, la Vilaine prend le relais et poursuit son cours sinueux jusqu’à Redon. Figurant parmi les premières rivières canalisées de France, à l’initiative de François 1er, la rivière invente des décors d’une rare beauté, creusant son lit dans l’un des plus anciens massifs géologiques de notre pays. Les sites se succèdent, magnifiques, dans une nature aux accents parfois sauvages. A Pont-Réan, des falaises de schiste pourpre dominent le Moulin du Boël, véritable petit bijou d’architecture. Plus loin, la Vilaine séduit randonneurs et plaisanciers dans un long méandre bordé de gravières au site de La Courbe à Bourg-des Comptes. Et elle n’a pas fini de surprendre…


Curiosité

L'ancienne carrière du Clos-Pointu est située au bord de la Vilaine à Saint-Malo-de-Phily . Le site était autrefois utilisé pour le grès. L’exploitation s’est arrêtée en 2010. Aujourd’hui, un magnifique lac bleu turquoise a remplacé la carrière au pied de falaises d’une centaine de mètres de haut. Inaccessible au public, on peut seulement l’admirer depuis un sentier piéton aménagé en bordure mais la vue sur l'eau turquoise vaut, à elle seule, le détour.

La carrière du Clos-Pointu © M.Maret
La carrière du Clos-Pointu© M.Maret

D’écluses en haltes nautiques, la Vilaine s’écoule presque tranquille au coeur de paysages magnifiques que l’on peut admirer depuis le chemin de halage. Le circuit touristique de la vallée de la Vilaine longe le cours du fleuve par la route. Il se parcourt du nord au sud et inversement, entre Rennes et Redon. A mi-chemin, une halte s’impose sur les quais du joli port de Guipry-Messac.

Guipry-Messac, une escale de charme sur la Vilaine

L’histoire de cette commune est étroitement liée à celle de la Vilaine qui la traverse. Ancien port de marchandises au Moyen-âge grâce au commerce du sel notamment, Guipry-Messac est resté une place de batellerie jusqu’à la première moitié du XXè siècle. De cette période, elle a conservé un riche patrimoine bâti : maisons de caractère, moulins à eau, ponts, écluses… Le tourisme a aujourd’hui remplacé le commerce mais le charme du port subsiste. C’est le point de départ idéal pour une escapade nautique sur la Vilaine. Plusieurs formules existent, de la mini-croisière en bateau sans permis à la sortie en canoë-Kayak. La plus originale reste la balade à bord d’une toue de Loire (bateau en bois à fond plat) avec ou sans capitaine au départ de Guipry-Messac .

www.touedelavilaine.fr
http://www.ckcpr.fr 
http://www.canoes-kayaks-corbinieres.fr

Avant de rejoindre Redon, la Vilaine serpente encore sur 40 kilomètres à travers des espaces naturels d’une incroyable beauté. Dans la vallée boisée de Corbinières, elle entaille profondément les grès et le schiste bleu au milieu d’escarpements boisés. Enjambant la Vilaine, le viaduc ferroviaire avec ses arches obliques est une curiosité à ne pas manquer. Il sert aussi de gîte d’hibernation pour dix espèces de chauve-souris protégées. Dernière étape incontournable, le Marais de Gannedel est l’une des plus grandes zones humides d’Ille-et-Vilaine. Site privilégié pour l’observation des oiseaux, il fait partie des 54 espaces naturels départementaux. Redon, carrefour des voies navigables de l’Ouest, n’est maintenant plus très loin…

Abbaye de Redon © Pays de Redon Tourisme
Abbaye de Redon© Pays de Redon Tourisme

Redon, petite ville, grand renom

Située au croisement du canal de Nantes à Brest et de la liaison Manche océan, la ville fut longtemps le port maritime de Rennes. Le centre historique de la cité dans le quartier du port, témoigne du passé prestigieux de la ville. La Grand’Rue et ses maisons à pans de bois, les élégantes demeures d’armateurs du Quai Duguay Trouin, la tour Richelieu, l’Hôtel de Carmoy, greniers à sel du XVIIè… Importante cité religieuse dès le moyen-âge, Redon possède aussi des édifices religieux remarquables tels que l’Abbaye Saint-Sauveur ou le monastère des Calvairiennes. A ne pas manquer : les visites commentées de l’office du tourisme du Pays de Redon et le Musée de la Batellerie.